14 janvier 2016

El Valle de los Caídos, un problème, gros comme une montagne...

L'entrée de la basilique du Valle de los Caidos où est
enterré Francisco Franco 





Après avoir envisagé dans des précédents articles comment les villes de Ceuta et de Melilla avaient "reçu" la Loi sur la Mémoire Historique de 2007, je me suis éloigné du sujet principal de ce blog pour m'intéresser au plus fameux monument de l'époque franquiste, El valle de los Caídos qui se situe à quelques 50 km au nord de Madrid.









El Valle de los Caídos1, un problème « gros comme une montagne »


Il y a juste un peu plus de 40 ans, le 20 novembre 1975, s'éteignait Francisco Franco, généralissime et « Caudillo d'Espagne par la grâce de Dieu2». Depuis cette date l'ancien dictateur est enterré dans la basilique souterraine du Valle de los Caídos aux côtés de José Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Falange, le parti fasciste sur lequel s'appuya en partie Franco dans sa conquête du pouvoir.

Le fantôme de Franco plane toujours sur el Valle de los Caídos

Ce monument colossal, digne héritier d'une architecture fasciste qui se voulait écrasante, a été imaginé en 1940, par Franco lui-même dès la fin de la Guerre Civile espagnole, comme un monument à sa victoire : « pour que les pierres qui se dresseront [ici] aient la grandeur des monuments anciens qui défient le temps et l'oubli3 »selon les propres mots du dictateur lui-même.
Il s'agit en fait du plus important monument d'architecture fasciste encore en usage dans le monde.

11 octobre 2012

Regards différents sur les frontières de Ceuta et de Melilla



Le  double grillage de la frontière près du village de Benzú (Ceuta)
photo prise en 2009

































La frontière de Melilla en septembre 2005 pendant les assauts de clandestins qui firent plusieurs morts. (photo infrarouge)







                                                                                                        
                                     
  Vivre au pied du grillage de la frontière de Melilla en 2012   
                            
(photo publiée dans El telegrama de Melilla)